[Track] Taranaki/Mont Egmont : Un volcan majestueux

Après une petite période d’inactivité sur le blog, on repart cette fois ci du côté du Taranaki (ou Mont Egmont). Situé sur la côte ouest de l’île du nord, il a formé à lui seul toute la région environnante, dont le chef lieu est New Plymouth. Retour sur cette randonnée qui, pour une fois, correspond globalement aux prévisions du DOC.


Le Taranaki, un volcan « parfait », maitre de sa région

Impossible de manquer le volcan en arrivant dans la région. Il trône, majestueux, en plein milieu et nous laisse admirer sa parfaite forme conique digne des volcans tels que nous nous les imaginons la plupart du temps. Il est d’ailleurs considéré comme l’un des plus symétriques au monde.Taranaki track

Voilà 125 000 ans qu’il est actif et qu’il façonne petit à petit toute la région qui l’entoure. Cependant, sa dernière explosion remonte à 1755, ce qui en fait aujourd’hui un volcan en sommeil. Pour autant, il est toujours considéré comme dangereux et une surveillance active ainsi qu’un plan d’évacuation sont en place. Je vous passe les légendes maories qui l’entourent (mais vous pouvez les retrouver ici si cela vous intéresse) pour en arriver à son ascension à proprement parlé.

Une randonnée à préparer en amont

Haut de 2518 mètres, le sommet n’est pas, pour ainsi dire, la porte à côté, d’autant plus qu’une fois arrivé sur le cône, l’ascension devient relativement lente et laborieuse.

Il faut compter 8/9 heures pour en parcourir les 12,6 kilomètres (aller/retour) selon le DOC, mais il est possible de le faire en moins de temps. Nous avons mis 5 heures A/R pour arriver à 250 mètres de dénivelé du sommet. Cependant, une tempête relativement puissante nous a dissuadé de terminer la randonnée. Les roches volcaniques étant, pour certaines, légères, un vent assez fort a vite fait de tout faire valser, la première chose à faire est donc de regarder la météo et d’être prêt à faire demi tour en cas d’imprévu.

Mer de nuageLa première partie consiste en un chemin qui part du Egmont National Visitor Centre et qui s’avère relativement facile. Ce dernier amène directement au pied du Taranaki. L’ascension du cône à proprement parler n’est longue que de 1,6 kilomètres. Cependant, étant très escarpée et entièrement composée de roches volcaniques, il n’est pas simple de maintenir un bon rythme à ce niveau, la sécurité prenant normalement le dessus sur la performance.

Ne sous-estimez pas cette marche qui peut vite s’avérer difficile en fonction de votre condition physique et des conditions météorologiques. Notez aussi qu’un bâton de marche peut s’avérer très utile.


En conclusion, cette marche n’est pas accessible pour tout le monde. Bien que ce ne soit pas une randonnée très longue, le paysage volcanique complique clairement la tâche et le temps est sujet à des changements brutaux. Cependant, une fois arrivé en haut (ou du moins proche du sommet, car pour notre part nous n’avons pas pu y aller faute d’un temps adéquat), vous serez récompensé par une vue magnifique sur toute la région ainsi que sur le Tongariro sortant des nuages.

Taranaki

Plus d’images du Taranaki ? Rendez vous ici !

Laisser un commentaire