Assurance auto en Nouvelle-Zélande : Réflexions et utilité

En Nouvelle-Zélande, l’assurance automobile n’est pas obligatoire pour sillonner les routes sinueuses et caillouteuses. Pourquoi ? Peut être parce qu’il n’y a pas assez de monde et que la probabilité de rentrer dans l’arrière train de son voisin n’est pas assez grande pour justifier le coût. Mais pour autant cela permet de voyager l’esprit tranquille sans avoir à mettre le feu à sa CB pour un malheureux feu arrière.

S’assurer au tiers, un minimum utile

S’assurer au tiers permet de vous protéger un minimum lorsque vous roulerez sur quelqu’un. À moins que vous n’ayez 3 grammes de mauvais vin dans le sang (tel que le Chasseur ou le Blenheimer mais la n’est pas le sujet), ce genre de choses peuvent hélas arriver à tout le monde, spécialement quand elles n’arrivent pas qu’aux autres ! Si vous êtes alcoolisés, ne vous préoccupez pas des formalités et filez à la case « ennuis judiciaires justifiés ». Mais sinon, sachez que l’assurance prend tout son sens.

Les prix sont relativement les mêmes pour toutes les compagnies d’assurance, avec quelques variables qui peuvent être intéressantes (le fameux bris de glace ou l’assurance dépannage). Cependant, des combines existent pour payer moins, à tort ou à raison ?

Gruger l’assurance, un coup de poker plus qu’un coup de génie

Se faire un permis néo-zélandais permet de profiter de tarifs avantageux réservés à ceux qui savent conduire à gauche et qui ont – soi disant – moins d’accidents de la route. Il est aussi possible de souscrire à une assurance voiture pour un van dans lequel on dort. C’est malin, ça permet de payer moins cher et, cerise sur le van, on est assurés ! Pour une mauvaise idée elle paraît pourtant bien bonne ! Mais prenons un cas pratique pour illustrer le serpent en train de faire un festin de son extrémité opposée. Vous avez pris une de ces assurances et il vous arrive un sinistre. Vous faites naturellement marcher votre assurance qui, après tout, sert à ça. Et l’assurance dépêche son expert le plus zélé pour venir constater les dégâts, deux cas de figure s’envisagent alors :

  • Vous avez votre permis néo-zélandais et vous allez devoir gérer l’anglais ET l’accent kiwi (et Dieu sait qu’il est… différent) pour vous faire passer pour un résident.
  • Vous avez annoncé que vous ne dormez pas dans le van donc votre tâche est de faire disparaître les preuves. Matelas, affaires, tout doit disparaître ! Liquidez vite ou c’est foutu !

Et quel est le résultat ? L’expert flaire la manigance, l’assurance ne s’applique pas et vous vous retrouvez au point de départ. Sauf que vous avez payé une assurance inutile.

Si vous voulez vraiment gruger, pensez peut être alors à ne pas prendre d’assurance du tout, le résultat sera exactement le même. Et sinon, il y à des assurances pour ceux qui font du véhicule leur maison, jetez un coup d’œil à Frogz-in NZ. Le choix est votre, faites le bon.

Crédit photo : James Butler

Laisser un commentaire