Quelle compagnie ? Quel avion ? Quelles escales ?

 

Lorsqu’on s’apprête à embarquer pour deux jours de voyage, le choix des différentes composantes est essentiel. Passer une trentaine d’heures à toucher le siège du voisin de devant avec ses genoux n’a rien de réjouissant, et peut rendre le trajet horriblement long.

En ce qui concerne les vols en Nouvelle-Zélande, de nombreuses compagnies proposent les itinéraires, toutes avec des caractéristiques différentes, et donc des prix très variables. En tant que PVTistes, notre première préoccupation était d’avoir un billet open, qui nous permettrait de ne pas avoir à nous inquiéter pour le financement du billet retour.

Après avoir contacté de nombreuses compagnies aériennes, nous en sommes arrivés à la conclusion que le plus simple était de passer par une agence de voyage spécialisée. Les compagnies n’ayant de la visibilité que sur les 6/8 mois suivants, il nous a semblé plus raisonnable de sous traiter cela à quelqu’un dont c’est le métier.

Notre deuxième priorité était de choisir une escale qui nous plaise, et qui nous permette de rentabiliser le billet en découvrant un de ces endroits paradisiaques qui ornent le trajet pour la Nouvelle Zélande (soit une infinité d’endroits étant donné la distance parcourue). La Malaysia Airlines est -globalement- la compagnie qui propose les tarifs les moins chers pour s’y rendre, mais l’escale proposée est évidemment la capitale, Kuala Lumpur. Nous avions dans l’idée de visiter l’Indonésie, ce que peu de compagnies incluent dans leurs itinéraires. Après quelques recherches, il s’est avéré que Emirates proposait la meilleure offre pour faire un petit tour par le plus grand pays musulman du monde. Au retour, nous allons donc mettre le cap sur Bali pour deux semaines qui agiront – je l’espère – comme un sas de décompression avant le retour en terres connues.

Enfin, dernière exigence mais pas des moindres, le prix. Le billet est relativement cher comparé à l’Australie, et mérite qu’on s’y attarde. Un billet d’avion, en saison basse, oscille entre 1 000 et 1 500 euros l’aller-retour. Il ne faut pas avoir de préjugés par rapport ou telle ou telle compagnie, les prix peuvent parfois surprendre. Pour notre part, nous avons payé notre billet 1 350 euros, auquel il faut ajouter une centaine d’euros pour l’assurance (Mais en fouillant un peu sur le site du PVT, on peut se faire offrir l’assurance annulation, suivez ce lien). Notez que nous partons avec Emirates, meilleure compagnie du monde selon Edreams. vous remarquerez que le prix du billet se situe dans la moyenne de ce qui se fait, et que nous aurons la chance de nous assoir dans un A380.

De nombreuses agences proposent de s’occuper de votre voyage en Nouvelle Zélande. Il est important de ne pas avoir de préjugés sur les compagnies (prix, confort, escales) pour avoir une vision globale de ce qui est proposé. Pour notre part, nous sommes passés par Le Cercle des Vacances avec qui nous avons pu trouver un billet qui correspondait parfaitement à nos exigences tant en matière d’itinéraire que de trajet ! Nous ferons un retour d’expérience une fois arrivés en Nouvelle Zélande.

Pour conclure il faut savoir qu’il en existe pour tous les goûts, du très long voyage au plus rapide, du confortable au premier prix. L’idée, c’est de trouver ce qui vous convient le plus, et se souvenir que le trajet fait déjà partie intégrante du voyage ! 😉


 

Notre itinéraire aller :
  • 22 Octobre – Nice/Dubaï
  • 23 Octobre – Dubaï/Sydney
  • 24 Octobre – Sydney/Wellington
Notre itinéraire retour (dates à déterminer) :
  • Auckland/Melbourne
  • Melbourne/Denpasar
  • Denpasar/Singapour
  • Singapour/Dubaï
  • Dubaï/Nice

Pour toutes questions complémentaires, nous restons à votre disposition par l’intermédiaire de la page de contact.

3 commentaires

  1. Salut.
    Sympa comme site. Je vais tacher de suivre. Je pars également pour Wellington dans les mêmes conditions puisque j’ai aussi obtenu un billet Open A/R avec la compagnie Emirates à 1190 € grâce au cercle des vacances. Un peu plus tard puisque je pars de Paris le 9 novembre. Je m’attendais à tellement plus cher. Pouvoir faire ma première en avion avec une telle compagnie, c’est toujours plus rassurant. Hate au prochaine article et d’avoir vos premières impressions là bas. Bonne chance et peut être a+ là bas.

    • Bonjour Pierre !

      C’est sûr que faire sa première en l’air avec Emirates n’est pas donné à tout le monde !

      Nous sommes proches du départ et commençons à ne plus tenir en place. Il y a de grandes chances que nous soyons encore à Wellington au moment de ton arrivée, de quoi boire un petit verre sur place pour faire connaissance avec Wellington !

  2. Ping :Ce long voyage au bout du monde... | Frogs Trotters

Laisser un commentaire